13 novembre 2011

e-Toolbox de Camille

L’ABC de Camille

 

Bienvenue dans ma « e-Toolbox » ! Cette page [en construction permanente] éditée sous la forme d’un Abécédaire vous permettra de retrouver en quelques clics de nombreuses astuces et les outils du web à votre disposition…

 

 Cliquez, c’est parti !

A comme…Archives

Mon but n’est pas de vous mettre tous les liens des archives en ligne, même s’il est toujours agréable de voir des sites regroupant les liens des archives départementales…Quoiqu’il en soit, le site des archives nationales est une mine précieuse d’informations et de ressources intarissables. Et ce n’est pas un cliché ! Vous y trouverez notamment la base Arcade, qui recense les achats d’œuvres d’art par l’État entre 1800 et 1969 ; mais aussi Léonore, regroupant les dossiers des titulaires de l’Ordre de la Légion d’Honneur ; Archim la base des images numérisées ; ou encore NAT, qui indexe les dossiers de naturalisations, de changements de noms, de titres, entre 1814 et 1853, etc., etc.,

Bref, je vous encourage à fouiller sur ce site dans le cadre de vos recherches (ceci ne remplaçant évidemment pas une consultation sur site).

Un dernier conseil ; pensez aussi à regarder les sites des archives numérisées des différentes villes, comme celui de la Ville de Paris qui met à votre disposition environ 5 millions de documents numérisés : fichiers alphabétiques de l’état civil reconstitué (XVIe siècle-1859), les tables décennales et les registres d’actes de l’état civil (1860-1902) ainsi que des plans parcellaires parisiens (XIXe siècle).

Enfin, sachez que les différents sites du Ministère de la Culture reprennent en grande partie les informations ci-dessus mais vous en proposent bien plus encore ! Vous avez également le site Culture.fr qui vous offre actualités, articles pertinents (cours de paléographie ou de généalogie par exemple), des expositions en ligne et surtout : un moteur de recherche performant.

Mon coup de cœur : le projet artfl de l’université de Chicago ! Il s’agit d’un index de documentation. Grâce à Images de France (1795-1880), vous pouvez consulter l’indexation des images imprimées (gravures, lithographies, photographies) qui faisaient l’objet du dépôt légal selon la documentation officielle de leur publication sous la législation française de l’époque.

B comme…Bibliothèques

 

Quelques bibliothèques parisiennes

Paris, et ses bibliothèques ! Avouons-le, nous avons beaucoup de chance de trouver les plus importantes bibliothèques dans le domaine de l’Histoire de l’art.

Petit cadeau : voici les horaires et jours d’ouvertures des principales bibliothèques parisiennes, ainsi que le lien direct vers le catalogue en ligne. N’hésitez pas à me faire part de vos suggestions !

BPI – Beaubourg
Catalogue

  • Lundi, mercredi, jeudi, vendredi de 12h à 22h
  • Samedi, dimanche et jours fériés de 11h à 22h
  • 24 et 31 décembre : fermeture à 19h
  • 25 décembre et 1er janvier : ouverture à 12h
  • fermée les mardis et le 1er mai

Bibliothèque des Arts Décoratifs
Catalogue

  • Lundi de 13h à 19h
  • Mardi de 10h à 19h
  • Mercredi, jeudi, vendredi de 10h à 18h
  • fermée les samedis, dimanches et lundis matin, les jours fériés, du 25 décembre au 1er janvier et le mois d’août.

Bibliothèque Michelet
Catalogue

  • Lundi au vendredi de 9 h à 19 h 30
  • fermées les samedis, dimanches et jours fériés.

Bibliothèque Nationale de France
Catalogues
Bibliothèque d’étude (niveau Haut-de-jardin)

  • Mardi au samedi de 10h à 20h
  • Dimanche de 13h à 19h
  • fermée les lundis et les jours fériés.

Bibliothèque de recherche (niveau Rez-de-jardin)

  • Lundi de 14h à 20h
  • Mardi au samedi de 9h à 20h
  • fermée les dimanches et les jours fériés.

Bibliothèque Sainte-Geneviève
Catalogue

  • Lundi au samedi de 10h à 22h
  • fermée les dimanches et les jours fériés.

Bibliothèque Universitaire de Nanterre
Catalogues

  • Lundi de 8h30 à 20h
  • Mardi au vendredi de 8h30 à 19h
  • Samedi de 10h à 18h
  • fermée les dimanches et les 3 premières semaines d’août, ainsi que les jours fériés.

Forney
Catalogue

  • Mardi de 13h à 19h30
  • Mercredi, jeudi de 10h à 19h30
  • Vendredi, samedi de 13h à 19h30
  • fermée les lundis, les dimanches et les jours fériés.

Institut National d’Histoire de l’Art
Catalogue

  • Lundi à vendredi de 10h à 18h
  • Samedi de 9h à 17h
  • fermée la mi-août et début septembre, ainsi que les dimanches et les jours fériés.

Et vous, quelle(s) bibliothèque(s) fréquentez-vous, et pourquoi?

 

 

C comme…Collections

Les catalogues généraux et bases de données généralistes.

  • Sudoc : faut-il vraiment le présenter? Le Sudoc est la base de données de référence en France. Elle regroupe les catalogues des universités et des bibliothèques. Mais comme pour Worldcat, attention à la cote, il vaut parfois mieux vérifier ce genre de détails ensuite sur le catalogue de la bibliothèque o le document est disponible.
  • Worldcat : comme son nom l’indique, sa volonté est d’être le plus grand catalogue au monde ! Worldcat est une base de données mondiale, utile pour ceux qui travaillent sur une bibliographie étrangère. Malheureusement, à la différence des universités et bibliothèques Anglo-saxonnes, les institutions françaises sont encore mal connectées à ce réseau (pas de possibilité de faire marcher la fonction inter Library Loan). Si Worldcat vous dit qu’un ouvrage est présent par exemple à la BNF c’est généralement le cas, mais il faudra bien vérifier la cote sur la base de données source (dans notre exemple le catalogue de la BNF). Ce site a une utilité bien particulière : si vous en avez assez de vous arracher les cheveux lorsque vous réalisez votre bibliographie, Worldcat peut vous fournir un référencement généralement admis dans le monde universitaire. En effet, les références de ce site sont basées sur des styles normalisés. Cependant, la règle pouvant varier d’une discipline à une autre, n’hésitez pas à demander conseil à vos enseignants.
    La règle la plus proche – à mon sens – est celle du manuel de Turabian. Sur le site Worldcat après avoir trouvé les références de votre livre dans le moteur de recherche, cliquez sur « Citer/exporter » en haut à droite, puis sur « Turabian», vous n’avez plus qu’à copier/coller, pratique non? Cependant n’oubliez pas de faire attention à l’édition (1ère édition, réédition, traduction, etc.).
  • Google scholar : Google Scholar permet d’effectuer facilement une recherche étendue portant sur des travaux universitaires : articles revus par des comités de lecture, thèses, livres, résumés analytiques et articles…Google Scholar vous permet d’identifier les travaux de recherche les plus pertinents du monde universitaire.
  • Base de données de Paris-X : les étudiants de Nanterre peuvent avoir accès grâce à la plateforme des bibliothèques de Paris Ouest à des bases de données d’habitude en accès limité.
  • Persée : il s’agit d’un programme de publication électronique de revues scientifiques en sciences humaines et sociales. Ce programme a pour objectif de diffuser sur le net les revues scientifiques (en français) dans le domaine des sciences de l’homme et de la société. Les collections sont à disposition de tous, gratuitement, dans une logique d’accès libre et de diffusion non exclusive.
  • Gallica : la Bibliothèque Nationale numérise un grand nombre d’ouvrages mis en ligne sur ce site, aujourd’hui une des plus grande bibliothèque numérique. Vous pouvez téléchargez de nombreuses publications, mais également des photographies, des dessins, etc. Si vous possédez une carte de lecteur à la BNF, vous pouvez gérer la sélection de vos documents grâce à des marque-pages (dans votre espace personnel).
  • Google Livres : aussi pratique que le site Gallica, avec de nombreux documents à disposition, dont certains téléchargeables. L’intérêt de ce site est la possibilité d’enregistrer vos recherches et d’inscrire vos documents dans votre bibliothèque numérique personnelle. Petite astuce : avec le logiciel Google Books Downloader vous pouvez télécharger en format pdf les documents consultés sur Google Books (pour Windows et Mac) !
  • Revues.org : plateforme de revues en sciences humaines et sociales, ouverte aux périodiques, ce portail regroupe de nombreux carnets de recherche.
  • Le Cairn.info est une base de données d’articles de revues de sciences humaines et sociales numérisés, consultables en ligne et téléchargeables.
  • HAL : « L’archive ouverte pluridisciplinaire HAL, est destinée au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses, émanant des établissements d’enseignement et de recherche français ou étrangers, des laboratoires publics ou privés. »
  • ISIDORE : « ISIDORE est une plateforme de recherche permettant l’accès aux données numériques des sciences humaines et sociales (SHS). Ouverte à tous et en particulier aux enseignants, chercheurs, doctorants et étudiants, elle s’appuie sur les principes du web de données et donne accès à des données en accès libre (open access). ISIDORE est une réalisation du très grand équipement ADONIS (CNRS) et mise en œuvre par le centre pour la communication scientifique directe (CCSD/CNRS). »
  • OpenEdition est une plateforme qui regroupe Revues.org, Hypotheses.org et Calenda. Il faut cependant faire partie d’universités abonnées pour avoir accès à la totalité des ressources.
  • Frantext : « Frantext est une base de données de taille moyenne, qui n’a pas l’ambition d’être exhaustive. Son ambition est de proposer un échantillon le plus pertinent possible de la langue française, et de sélectionner le corpus pour lui assurer une certaine représentativité : types de textes, siècles, genres différents. Ses utilisateurs sont des linguistes, des littéraires, des chercheurs en sciences humaines et sociales. Leur travail nécessite des ressources textuelles qui peuvent être localisées (un corpus d’auteur, une période chronologique, un genre) ou au contraire maximalement étendues. »
  • Archive.org : Base de données américaine  (textes, images, internet, logiciels, vidéos)

Enfin quelques sites et projets qui proposent de nombreux e-books en téléchargement légal :

Quelques dictionnaires et encyclopédies

Dictionnaires

Dictionnaires généraux et linguistiques :
  • Lexilogos est une mine de trésor et un outil précieux ! Il regroupe des encyclopédies, de nombreux dictionnaires, langues vivantes, langues mortes et dictionnaires anciens mais également des manuels de conjugaison et d’orthographe.
  • Le Cntrl est un outil très pratique (dictionnaire, synonymes, étymologie, etc.)
  • Le Crisco est un dictionnaire de synonymes : très pratique en période de rédaction !
  • WordReference est un dictionnaire linguistique en ligne est très bien conçu car il fournit de bonnes traductions et il est aujourd’hui le principal dictionnaire en ligne pour les paires de langues anglais-espagnol, anglais-français, anglais-italien, espagnol-français et espagnol-portugais.
Encyclopédies :
  • Wikipédia est un outil devenu indispensable. L’utiliser comme unique ressource ou référence serait une erreur (comme pour tout). Pour tout approfondissement, il faut évidemment croiser diverses sources, et pourquoi pas (je vous y encourage), prendre le temps de rédiger vous-mêmes les articles !
  • L’Encyclopédie de l’Agora veut se distinguer de Wikimédia avec comme mot d’ordre « Ce n’est pas un site fourre-tout, mais une œuvre, un ouvrage collectif faisant appel à des collaborateurs nombreux et variés, dans le respect de la cohérence de l’ensemble ».

Les bases de données générales : Collections muséales

 

La rubrique collections du site culture.fr vous permet d’accéder à de nombreux contenus numérisés : notices illustrées d’œuvres, des expositions virtuelles, des galeries photos et vidéo, des ressources pédagogiques concernant l’histoire des arts, ainsi qu’un moteur de recherche généalogique.

A ce sujet vous pouvez lire cet article récemment actualisé : L’édition scientifique des musées en ligne – à partir des catalogues de collections, Corinne Welger-Barboza

  • Culture.gouv Un lien vers des outils fondamentaux pour la recherche en France :

    « Mérimée recense des édifices dans lesquels peuvent être conservées des œuvres mobilières étudiées dans la base Palissy.
    Palissy recense des objets mobiliers dont l’édifice de conservation peut être étudié dans Mérimée.
    Mémoire contient des images fixes dont certaines illustrent les notices d’oeuvres de Mérimée et de Palissy ainsi que les notices de Thésaurus.
    Archidoc contient des notices bibliographiques qui peuvent également se rattacher aux notices de Mérimée et de Palissy.
    Thésaurus fédère l’ensemble de ces bases par un vocabulaire commun. »

  • Architecture et Patrimoine : « Les bases de données documentaires mises en œuvre par la direction de l’Architecture et du Patrimoine, sont administrées par la sous-direction des études, de la documentation et de l’Inventaire. Elles sont enrichies par les travaux de l’Inventaire général du patrimoine culturel, des Monuments historiques, et de la médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. »

 

Les bases de données spécialisées : Antiquité

  • La BCS regroupe plusieurs liens et descriptions de bases données internationales qui proposent des textes anciens en ligne.
  1. The Perseus Digital Library (Greek and Roman)
  2. The Latin Library
  3. Mikros Apoplous
  4. La bibliothèque électronique de l’Université de Thessalonique
  5. Bibliotheca Augustana
  6. Corpus Scriptorum Latinorum (CSL) de David Camden
  7. La collection de la Bibliothèque Interuniversitaire de Médecine de Paris (BIUM)
  8. La collection de Bill Thayer (Lacus Curtius)
  9. La collection de Philippe Remacle
  10. La collection de Terra Antiqua de Delphine Acolat
  11. Les sites de Louvain-la-Neuve
  12. La Bibliothèque Historique
  13. La Patrologia Latina Database
  • Terra.antiqua est un site alimenté par une chercheuse en Histoire de l’art romain. « Vous trouverez ici une base de sources iconographiques romaines (pinacotheca) avec des commentaires ponctuels thématiques, consacrés aux éléments du paysage, sur les mosaïques, les fresques, les monnaies impériales romaines, les « cartes » antiques, les miniatures des traités d’arpenteurs, etc… »

  • Agora.class : Un site fait par des professeurs de l’Université Catholique de Louvain, vous trouverez des outils pour la recherche, type bases de données, mais aussi des discussions. Pour médiévistes et Antiquisants.

  • La Patrologia Latina Database contient 221 volumes et représentent une version électronique complète de la première édition de la Patrologia Latina de Jacques Paul Migne (XIXème siècle). Pour Médiévistes et Antiquisants.

  • « FRANTIQ (Fédération et ressources sur l’Antiquité) est à la fois un réseau, des bases de données et un ensemble d’outils. Créé en 1984, le réseau regroupe une vingtaine de laboratoires et d’équipes de recherche (CNRS, universités, ministère de la Culture, deux centres européens) qui ont accepté de mettre en commun sur le web leurs ressources documentaires sur la thématique « archéologie et sciences de l’Antiquité depuis la préhistoire jusqu’à l’an Mil. »

    Bien plus qu’une base de données Frantiq est une vraie communauté avec actualités, brèves et même offres d’emplois !

 

Les bases de données spécialisées : Moyen-Age

  • Brepolis Medieval Encyclopaedias rassemble des outils encyclopédiques clefs, comme le Lexicon des Mittelalters, l’International Encyclopaedia for the Middle et Europa Sacra.
  • « Ménestrel a tenu sa première réunion le 5 juin 1997 à l’initiative de l’Urfist de Paris, pour développer un réseau documentaire « études médiévales » sur internet. Favoriser sur internet le développement de ressources européennes pour l’étude du Moyen Âge et plus particulièrement de ressources francophones, faciliter la visibilité des travaux des médiévistes au niveau international et contribuer au dynamisme des échanges savants ; Offrir gratuitement sur le web, à l’usage des chercheurs, des étudiants et des amateurs éclairés, un répertoire critique de ressources disponibles sur internet dans le domaine des études médiévales. »
  • Un site mis en place par l’Université de Georgetown a Washington qui propose des textes en ligne mais aussi des renvois vers d’autres sites (archéologie, etc.)

 

 I comme…Introspection
Un peu d’humour que Diable ! (on n’est pas des bêtes)


Pause humour ! Voici une sélection de quelques vidéos et dessins humoristiques autour de l’histoire de l’art, des artistes et du marché de l’art. Sans prétention, ce petit espace a été créé afin de rire un peu, de vous rappeler certains sketchs/grands moments que vous connaissez sûrement. Quels sont vos coups de cœur ?

Les Inconnus, La set

Roat Romano Choucalesco, le grand destructureur d’intemporalité.

 

Very Bad Blagues, Au musée

Une visite au musée d’art moderne, le public face à l’œuvre…

 

Mister Bean, The Library

Un grand moment : les Très Riches Heures du Duc de Berry aux mains de Mister Bean… plus en sécurité dans les collections cantiliennes !

 

Mister Bean, le film, The painting

Un passage qui a dû faire frémir d’horreur bon nombre de conservateurs et de restaurateurs.

Dans la même veine :

Tim Burton, Batman, The Joker

« Joker was here ! »

 

Kaamelott, Livre I épisode 43, Le discobole ou L’art Grec pour les Nuls.

Kaamelott, Livre I épisode 93, Enluminures ou Se mettre un instant à la place des moines copistes…

Kaamelott, Livre II épisode 6, Le portrait ou la difficile question de la ressemblance avec le modèle. Bien que le portrait peint soit anachronique, nos amis numismates apprécieront les inquiétudes du souverain à propos de l’efficacité de son royal portrait.

Florence Foresti, Le Musée du Louvre à Lens

Enregistrer

Laisser un commentaire