24 avril 2015

DocEntreprise

affiche1Si la France forme entre 10000 et 11000 docteurs par an, moins de 15 % envisageraient une poursuite de carrière hors du secteur académique. Ce constat se vérifie particulièrement chez les doctorants en SHS, moins enclins à rejoindre le secteur privé (petites et moyennes entreprises, grands groupes, associations, organisations non gouvernementales ou encore création d’entreprise). En parallèle, la chute continuelle du nombre de postes de chercheurs au CNRS, passée de 400 en 2010 à 300 en 2013, et celle du nombre de postes de maître de conférences, qui a baissé de 26% entre 2009 et 2013, affecte tout particulièrement les domaines scientifiques des SHS. Elles ont pour conséquence directe de rendre extrêmement précaire la situation des doctorants et jeunes docteurs et ne permettent pas l’embauche de tous les diplômés. Cette situation entraîne chez ce public un profond sentiment d’insécurité quant à l’avenir professionnel.

Considérant ces éléments, l’objectif du projet « DocEntreprise. Docteurs en SHS acteurs de leur projet professionnel », faisant suite à l’édition de 2014, est d’accompagner l’insertion et la mobilité professionnelles des doctorants et jeunes docteurs en SHS en leur donnant les outils qui leur permettront de mieux identifier et appréhender les diverses fonctions qui sont à leur portée dans le secteur privé, selon leurs aspirations et compétences.

Il ne s’agit pas de décourager les participants sur la possibilité d’une carrière au sein du monde académique (ce sujet étant régulièrement abordé lors des rencontres et ateliers de l’association Hist’Art), mais de les inviter à une réflexion commune sur les compétences du docteur en SHS et sur l’adéquation de celles-ci avec le monde de l’entreprise. Notre but est d’encourager les doctorants à s’ouvrir aux carrières hors enseignement et recherche publique, en les incitant à dépasser ce cloisonnement disciplinaire pour s’ouvrir à de nouveaux secteurs professionnels et à de nouvelles fonctions.

La manifestation se tiendra à l’Institut des sciences de la communication – CNRS/Paris Sorbonne/UPMC sur cinq demi-journées, entre mai et décembre 2015, alternant les temps consacrés aux tables-rondes (espaces de débat et de réflexion), aux ateliers (espaces de formation) et aux cocktails (espaces de rencontres).

Programme du cycle :

1 : S’OUVRIR. Travailler dans le secteur privé après le doctorat, jeudi 21 mai 2015, 13h-18h, Institut des sciences de la communication du CNRS (Paris)

Un docteur en sciences humaines et sociales peut-il trouver sa place en entreprise, y apporter son savoir-faire, son expertise, et s’y épanouir professionnellement ? Bien souvent, les valeurs et la culture qui forgent ces deux mondes sont perçues comme contradictoires. A la passion intellectuelle des docteurs sont opposés les enjeux mercantiles du secteur privé, à l’efficacité et la productivité des salariés de l’entreprise, le parcours sinueux des doctorants, éternels étudiants. Ces clichés reposent sur une méconnaissance réciproque entre ces deux mondes. Ils restreignent les docteurs aux seules carrières académiques et masquent de nouvelles opportunités professionnelles. Et si les frontières entre université et entreprise n’étaient pas infranchissables, que ces deux mondes avaient beaucoup à s’apporter ?
Pour ce premier séminaire, Hist’Art vous propose de dépasser ces croyances limitantes, de prendre conscience des acquis professionnels développés lors du doctorat, de rencontrer et d’échanger avec des docteurs qui ont trouvé leur place dans le secteur privé ou des experts de l’emploi des docteurs ou de l’accompagnement professionnel.

2 : OSER. Penser son projet professionnel dans le secteur privé, jeudi 11 juin 2015, 13h-18h, Institut des sciences de la communication du CNRS (Paris)

La génération actuelle de docteurs doit faire face à une réduction des postes d’enseignant-chercheur et des emplois au sein du CNRS. Vers quel métier se tourner tout en tirant parti des acquis scientifiques forgés tout au long de l’expérience du doctorat ? Même lorsqu’une carrière académique est envisagée, il est nécessaire de construire un projet professionnel le plus tôt possible. Chaque doctorant ou docteur possède des atouts personnels et développe un éventail de compétences qui lui sont propres, dont il faut tenir compte au moment de la construction du projet professionnel. Avoir conscience de ses points forts, prendre du recul sur le parcours accompli durant le doctorat, oser exprimer ses envies, se documenter sur de nouvelles opportunités de carrière : ce travail de réflexion sur soi permet d’envisager sereinement sa poursuite professionnelle.

3 : APPROFONDIR. L’historien de l’art en 2015, lundi 12 octobre 2015, 13h-18h, Institut national d’histoire de l’art (INHA). Séminaire co-organisé avec le Bureau d’aide à l’insertion professionnelle des historiens de l’art (BAIP-HA) de l’INHA.

La publicité, l’informatique, Internet, la démocratisation des appareils de prise de vue, la possibilité de retoucher les images, la multiplication des sources iconographiques, les réseaux sociaux  et les nouvelles techniques de stockage d’informations…Autant de révolutions qui transforment l’histoire de l’art à l’aube du XXIe siècle et ouvrent à de nouvelles voies professionnelles. Comment ces nouveaux outils qui ont pris place dans notre quotidien influencent-ils sur le métier d’historien de l’art et ont-ils un impact sur ses recherches ? A quels nouveaux métiers mènent-ils ? L’histoire de l’art est-elle amenée à prendre une place majeure et à conquérir de nouveaux territoires dans un futur proche ?

4 : RÉUSSIR. Être efficace dans sa recherche d’emploi, 23 novembre 2015

La recherche d’emploi est une étape qui se prépare bien avant la fin de la thèse. Malgré les compétences nombreuses et pointues acquises, les jeunes docteurs y sont peu formés. Après une thèse, les outils basiques de la recherche d’emploi ne se révèlent pas toujours efficaces car de nombreuses offres sont masquées. Pour accéder à ces offres, il est indispensable d’avoir constitué au préalable un réseau, réseau qui pourra non seulement être une ressource supplémentaire mais aussi permettre aux doctorants d’affiner davantage le projet professionnel. Une préparation efficace à la recherche permet d’apprendre à bâtir son réseau, de prendre confiance en soi et de savoir s’organiser efficacement afin d’affronter cette étape encore trop souvent vécue comme un moment éprouvant, synonyme d’isolation et de fragilité.

 

Ce projet est soutenu par la Région Ile-de-France, Adoc Talent Management, la Commission « Aide aux projets étudiants » FSDIE de l’Université Paris-Sorbonne et l’Institut des sciences de la communication du CNRS
Organisation : Dr Stéphanie Danaux, Dr Hélène Drutinus et Catherine Ho, association Hist’Art
Informations et inscription (gratuite, mais obligatoire) : info@histart.fr
Lors de votre inscription, merci de préciser à quel atelier (1 ou 2) vous souhaitez participer.
N’hésitez pas à diffuser cette nouvelle dans vos réseaux et auprès des personnes susceptibles d’être intéressées. Nous restons à votre écoute pour toute demande de renseignement complémentaire.

Informations pratiques :
Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC) de Paris
20, rue Berbier-du-Mets, 75013 Paris
métro : ligne 7, arrêt Gobelins

 

Projet organisé par Hist'Art

Projet organisé par Hist’Art

 

Avec le soutien de la Région Ile-de-France

Avec le soutien de la Région Ile-de-France

 

avec le soutien de la Commission « Aide aux projets étudiants » FSDIE de l’Université Paris-Sorbonne.

Avec le soutien de la Commission « Aide aux projets étudiants » FSDIE de l’Université Paris-Sorbonne.

 

Avec le soutien d'Adoc Talent Management

Avec le soutien d’Adoc Talent Management (séminaire 1)

 

Avec le soutien de l'Institut des sciences de la communication du CNRS

Avec le soutien de l’Institut des sciences de la communication du CNRS (séminaire 1, 2 et 4)

 

Avec le soutien de l’Institut national d’histoire de l’art (séminaire 3)

 

Séminaire 3 co-organisé et soutenu par le BAIP-HA de l’INHA

Enregistrer

Laisser un commentaire